Tous vigilant face au “Dopage”

by / mercredi, 03 août 2016 / Published in Actualités

Le docteur Mohamed Diop, 1er Vice-Président de l’Organisation Nationale Antidopage du Sénégal (ONADS) et Médecin du sport a accepté de nous parler des dangers du dopage. Un sujet que nous avons jugé essentiel d’aborder à l’approche imminente des Jeux Olympiques de Rio.

 

Quels sont les composantes de l’ONADS ?

L’ONADS est une organisation créée par arrêté du Ministre des Sports et présidée par le Professeur Fallou Cissé. Elle est composée d’un bureau, de commissions et de membres. L’ONADS est dotée de compétences diverses du fait que la lutte contre le dopage est un domaine transversal touchant à plusieurs secteurs. Ainsi nous avons des juristes, des pharmaciens, des médecins, des douaniers, des policiers, des psychologues, des sportifs etc… y compris des Agents de Contrôle Antidopage (ACD).

 

Qu’est-ce que le dopage ?

Le dopage est défini comme une ou plusieurs violations des règles antidopage énoncées aux articles 2.1 à 2.8 du Code Mondial Antidopage :

2.1 Présence d’une substance interdite, de ses métabolites ou de ses marqueurs dans un échantillon fourni par un sportif

2.2 Usage ou tentative d’usage par un sportif d’une substance interdite ou d’une méthode interdite

2.3 Refus de se soumettre à un prélèvement d’échantillon ou fait de ne pas s’y soumettre sans justification valable après notification conforme aux règles antidopage en vigueur, ou fait de se soustraire à un prélèvement d’échantillon

2.4 Violation des exigences applicables en matière de disponibilité des sportifs pour les contrôles hors compétition, y compris manquement à l’obligation de transmission d’informations sur la localisation pendant une période de 18 mois, telle qu’établie par les organisations antidopage dont relève le sportif

2.5 Falsification ou tentative de falsification de tout élément du contrôle de dopage

2.6 Possession de substances ou méthodes interdites

2.7 Trafic ou tentative de trafic de toute méthode ou substance interdite

2.8 Administration ou tentative d’administration à un sportif en compétition d’une méthode interdite ou d’une substance interdite, ou administration ou tentative d’administration à un sportif hors compétition d’une méthode interdite ou d’une substance interdite dans le cadre des contrôles hors compétition, ou assistance, incitation, contribution, dissimulation ou toute autre forme de complicité impliquant la violation, ou toute autre tentative de violation d’une règle antidopage


Quelles sont les sanctions qu’encourent les athlètes contrôlés positifs ?

Les sportifs contrôlés positifs (résultat anormal du contrôle) encourent une peine de 4 ans, avec la perte des médailles et titres obtenues ou une exclusion définitive avec l’interdiction de pratiquer le sport. Toutes violations des règles antidopage entraineront cette même peine. Il faut savoir que lorsque le résultat d’un contrôle s’est avéré anormal, un jury siège et délibère. Ce jury peut donc être amené de façon exceptionnelle à réduire la peine.

 

Quels sont les risques pour les sportifs en activité et les conséquences en fin de carrière ?

Les risques liés au dopage sont nombreux du fait de la quantité de produits utilisés. Leur énumération serait difficile mais nous insisterons sur quelques observations d’ordre général : les substances ou méthodes utilisées par les sportifs ont généralement été élaborées pour traiter des malades et non des sujets sains. De plus, les doses utilisées par les sportifs sont beaucoup plus élevées, fréquentes et les substances vendues aux sportifs pour améliorer leur performance sont souvent fabriquées de manière illicite.

Les effets secondaires liés à la prise de doses démesurées ou la combinaison de plusieurs substances sont beaucoup plus graves que ce l’on peut imaginer car la prise conjointe de plusieurs drogues multiplie les effets secondaires.

Les hormones jouent le rôle de régulation des fonctions de l’organisme humain et lorsqu’elles ne sont pas administrées à des fins thérapeutiques, peuvent déséquilibrer plusieurs fonctions.

Les risques pour la santé augmentent si la prise des substances est faite par injection. L’absence de bonnes pratiques de stérilisation peut entrainer des maladies infectieuses comme l’hépatite ou le VIH-SIDA. Enfin, l’usage de ces substances peut entrainer une dépendance psychologique et physiologique. Voici quelques exemples d’effets secondaires liés à l’utilisation de produits dopants :

Erythropoïétine (EPO) = Hypertension artérielle, accident vasculaire cérébral (AVC) ;

Hormone de croissance = Hypertrophie du visage, trouble de la vision, des reins ;

Diurétiques = Déshydratation, crampes ;

Héroïne et morphine = Défaillance du système respiratoire ;

Cannabis = perte de mémoire etc.…

Avec les conditions climatiques (chaleur, humidité) les effets secondaires peuvent s’accroître et aboutir à une mort subite, il existe aussi des risques à plus ou moins long terme.


Comment procédez-vous pour détecter un athlète dopé ?

Un Sportif sera considéré comme dopé s’il y a une violation des règles antidopage citées précédemment. Pour ce faire, les contrôles antidopage sont les plus utilisés. Pour faire un meilleur ciblage des sportifs à contrôler, nous faisons recours au passeport biologique et à des enquêtes.

Le passeport biologique (suivi biologique) permet d’avoir des orientations sur le contrôle et les sportifs à surveiller.

Des contrôles inopinés sont effectués, pour ce faire les sportifs doivent donner toutes les informations sur leur disponibilité, leurs lieux d’entrainement, d’habitation, de travail ou d’étude. Toutes ces données sont gérées confidentiellement à travers le système ADAMS.

 

Quels conseils donneriez-vous aux athlètes et particulièrement à nos athlètes sénégalais ?

Il faut que les athlètes comprennent que le SPORT, c’est des valeurs et que le DOPAGE est contraire aux valeurs du sport car c’est une forme de tricherie. Le respect de l’adversaire est essentiel, il faut partir à chance égale, dans les mêmes conditions physiques et être le meilleur. Ne pas respecter cette règle du sport, c’est bafouer les valeurs qui la régissent. Les athlètes doivent faire attention à leur fin de carrière à ne pas glisser sur la mauvaise pente. Il est impératif de bien préparer sa fin de carrière pour ne pas tomber dans les dérives du sport.

Docteur Mohamed Diop de l'ONADS

     Docteur Mohamed Diop de l’ONADS

Laisser un commentaire

TOP