Nos qualifiés aux JO de Rio : Jean-Pierre Bourhis, Canoë-kayak Slalom

by / lundi, 20 juin 2016 / Published in Actualités

A l’approche des Jeux Olympiques de Rio, le Comité National Olympique et Sportif Sénégalais vous présente à tous, les différents athlètes qualifiés, qui porteront et défendront fièrement les couleurs du Sénégal. Ces derniers nous ont permis de les connaitre davantage à travers des interviews qui nous dévoilent leur parcours, leurs objectifs et les conseils qu’ils souhaitent apporter à la jeunesse sénégalaise.

 

Bonjour, je me présente Jean-Pierre Bourhis, j’ai 21 ans et je fais du canoë-kayak slalom depuis l’âge de 8 ans. Je suis étudiant en école d’ingénieur, mais j’ai du mettre cette année scolaire en suspens pour me consacrer entièrement à la préparation des Jeux Olympique.


Présentez nous votre jeune parcours ?

J’ai démarré le canoë-kayak slalom dans un club local en France. Ensuite je me suis déplacé pour les études, mais aussi pour avoir un meilleur entrainement dans cette discipline avec des séances quotidiennes. Je me suis rapproché du Sénégal en 2012 pour qui j’ai participé aux championnats juniors aux US. J’ai également fait les championnats du monde junior et senior. Mes saisons sportives sont rythmées par ma motivation à performer en compétition au plus haut-niveau mondial et par mon plaisir quotidien à naviguer et pagayer.


Quel est votre palmarès ?

Voici une petite liste d’événements majeurs dans ma vie de jeune athlète de haut niveau, comme la fois où je suis arrivé 3ème en junior au Danubia Cup en 2013 et Champion d’Afrique en 2015. La même année j’accède à la demi-finale de la coupe du monde où je finis par me placer 27ème. J’ai aussi participé au Pré-Olympique test Event où j’accède à la finale et finis 7ème. J’ai fais plus de 7 demi-finales en courses internationales comptant pour le classement international (coupes du monde, championnats du monde -23 ans, Junior et Senior).


Pourquoi combattre maintenant pour le Sénégal ?

C’était le choix de me rapprocher du pays de ma mère et de mes grands-parents, avec pour envie de développer le canoë-kayak slalom au Sénégal.


Quels sont les éléments moteurs pour cette qualification aux JO ?

J’ai comme exemple celui de Benjamin Boukpeti, aux Jeux Olympiques de Pékin 2008, premier représentant africain, originaire du Togo qui a remporté une médaille olympique en canoë-kayak slalom. Cet exploit m’a convaincu que ce rêve pouvait devenir une réalité. C’est pour moi une source d’inspiration, je me suis alors dit pourquoi pas faire comme lui et qui sait, peut-être arriver à monter sur les marches du podium.


Vous sentez-vous imprégné des valeurs olympiques ?

Au fur et à mesure qu’on se rapproche des épreuves, on se rend compte du poids qu’on a et de l’émulation qu’on crée. C’est à ce moment là qu’on réalise vraiment qu’on rentre dans la vie des Jeux Olympiques, avec toutes l’énergie et l’atmosphère qui s’en dégage.


A quoi ressemble une de vos journées type ?

Il faut savoir que j’ai deux sortes de journées types, celle avec mes cours et l’actuelle qui exclut les cours.

Je vais commencé par vous présenter ma journée type avec les cours : je me lève généralement à 7h pour me rendre en cours de 8h à 12h avec une pause de 12h à 13h30 que j’utilise pour avoir une séance de bateau. Je me retrouve généralement à manger rapidement mon déjeuner en voiture.

De 13h30 à 17h30, je reprends les cours pour avoir une période calme de 17h30 à 18h30 dans laquelle je profite pour travailler mes cours et enfin de 18h30 à 20h je fais soit de la musculation, du bateau ou encore de la course à pied.

Actuellement je suis à Rio pour une session de 2 semaines d’entrainement. De ce fait, en période sans cours, je me réveil plutôt à 8h avec un entrainement de musculation de 8h à 10h avec une grande pause de 10h à 15h qui nous permet d’être un peu plus libre, nous reposer, planifier la suite de la semaine, debriefé et analysé les entrainements,…Ensuite je reprends de 15h à 17h avec des entrainement sur l’eau en canoë-kayak slalom.


Comment avez vous fait pour vous retrouvez à vous entrainer à Rio ?

En fait, c’est le comité d’organisation qui alloue des périodes qui durent 2 semaines, où les athlètes peuvent s’entrainer directement à Rio. Ces périodes touchent bien évidemment tous les athlètes et ils peuvent tous en bénéficier pour s’entrainer directement là-bas. Concernant ma discipline, nous sommes obligés de nous y rendre afin de mieux appréhender les épreuves car chaque circuit est différent.


Quels sont vos objectifs aux JO ?

Pour moi c’est déjà une belle victoire car je vais réaliser ma première olympiade. Ca sera plus du repérage pour bien comprendre le fonctionnement des JO. Avec mon entraineur, nous avons comme but d’aller le plus loin possible et pourquoi pas, monter sur les marches du podium. Toutefois avant de revenir à Rio pour les Jeux, il me reste quelques compétitions à réaliser comme : les Coupes du monde en Italie, Espagne et France qui se tiendront en juin, et enfin le Championnat du Monde en Pologne qui se déroulera en juillet.


Quels conseils donneriez vous aux jeunes qui sont sur vos traces ?

Avant tout, il faut aimer le sport et le prendre avec passion, ça permet de savoir pourquoi on va sur l’eau et surtout pourquoi on le fait, la motivation doit toujours rester intacte. Mais avant tout, il faut être patient. Je pense et j’espère qu’un jour je pourrais être parmi l’élite, mais le tout c’est d’être patient et persévérant. Il est également très important d’aller en cours car ça donne une certaine stabilité. Cette coupure entre le sport et les études permet de rester frais quand on attaque l’un ou l’autre, c’est un bon équilibre d’allier les deux.

One Response to “Nos qualifiés aux JO de Rio : Jean-Pierre Bourhis, Canoë-kayak Slalom”

  1. Les GESTIN says : Répondre

    Du fond de notre Bretagne, on sera un peu sénégalais cet été et on vivra grâce à toi sur un air de salsa. Profite à fond de cette expérience Jean Pierre, tu es un Super Champion !

Laisser un commentaire

TOP