Nos qualifiés aux JO de Rio : Isabelle Sambou, Lutte -53 kg

by / lundi, 04 juillet 2016 / Published in Actualités

A l’approche des Jeux Olympiques de Rio, le Comité National Olympique et Sportif Sénégalais vous présente à tous, les différents athlètes qualifiés, qui porteront et défendront fièrement les couleurs du Sénégal. Ces derniers nous ont permis de les connaitre davantage à travers des interviews qui nous dévoilent leur parcours, leurs objectifs et les conseils qu’ils souhaitent apporter à la jeunesse sénégalaise.

 

Bonjour, je me présente Isabelle Sambou, je suis originaire de Casamance et j’ai 35 ans. Je fais de la lutte en haut niveau depuis 1999, où j’ai été remarquée pour mes facilités dans la pratique de ce sport. Je fais de la lutte depuis ma tendre enfance dans mon village natal car c’est un sport culturel dans le pays, je combats actuellement dans la catégorie des -53 kg.


Présentez nous votre parcours assez exceptionnel ?

Comme je le disais plus haut, j’ai démarré de lutte féminine à haut niveau en 1999. C’est durant les entrainements dans mon ancien club « Alioune Dieup » à Ziguinchor, que j’ai été repérée par des entraineurs. J’ai ensuite intégré l’équipe nationale de lutte féminine en 2001 et j’ai tout de suite été préparée et entraînée pour les Championnats d’Afrique. En 2006, j’ai été envoyée au centre United Word Wrestling où je suis encore actuellement. Ma première olympiade a été celle de 2012 et je suis sur les préparations de ma seconde olympiade.


Quel est votre palmarès ?

J’ai été 9 fois Championne d’Afrique, par la même occasion médaillée d’or, j’ai fini 5ème olympique durant les Jeux de Londres en 2012. J’ai aussi obtenu le titre de Championne du monde en Lutte Wrestling et j’ai terminé 8ème au championnat du monde. Enfin, j’ai participé à des tournois internationaux comme ceux de Bulgarie et de Pologne.


Pourquoi combattre pour le Sénégal ?

J’ai toujours combattu pour le Sénégal, c’est donc normal pour moi de représenter mon pays durant les JO.


Qu’est ce qui vous a permit de rester motivée ?

Dans un premier j’aime mon sport, la lutte. Ensuite comme j’ai pu l’expliquer précédemment, la lutte est un sport culturel au Sénégal et j’ai baigné dedans depuis mon plus jeune âge. J’ai également le soutient de mes proches, de ma famille qui m’encouragent à me battre pour le pays et c’est grâce à eux que je tiens jusqu’à présent.


Quels sont les éléments moteurs pour cette qualification aux JO ?

Durant les combats, tout le monde est stressé et chaque personne le gère à sa façon. Il est important d’avoir confiance en soit, bien se préparer en amont et avoir un mental d’acier. La lutte est un sport qui fait appel à la chance, la forme physique et mentale, c’est assez aléatoire la façon de remporter un combat. Je reste motivée car j’adore ce sport et j’aime combattre, remporter des médailles, c’est mon stimulant.


Vous sentez-vous imprégné des valeurs olympiques ?

Oui, bien sûr que je me sens imprégné des valeurs olympiques, je suis à ma deuxième olympiade et c’est magique de voir là-bas tous les sports confondus qui s’y retrouvent. Cela permet aussi de faire rencontres et de partager ensemble des valeurs d’amitiés, de compétitions, de découverte et bien évidemment la recherche d’une place olympique aux qualifications. C’est une vision que devraient partager par tous les athlètes sportifs imprégnés des valeurs olympiques.


A quoi ressemble une de vos journées type ?

Tous les matins je démarre mes journées entre 6h et 7h avec un réveil musculaire composé de marche ou de course pendant 30 minutes à 1 heure en fonction du programme de la semaine, suivis de quelques exercices d’étirements. Après un réveil mouvementé, je peux m’octroyer un petit déjeuner et un temps de repos.

De 10h à 11h je suis au tapis avec des exercices de combats et de 11h à 12h ou 12h30 je pratique des exercices techniques très intensifs avec l’approche des JO, ensuite je suis de nouveau en repos jusqu’à 16h30 ou 17h en fonction de mon programme. L’entrainement du soir peur aller jusqu’à 19h00 et généralement je fais de la musculation, du renforcement musculaire, des combats, de la technique avec un entrainement individuel de 10 à 15 minutes. Les entrainements du soir sont généralement moins intensifs et après leur exécution, je suis enfin libre pour la journée.


Quels sont vos objectifs aux JO ?

Mon but principal est d’aller le plus loin et remporter une médaille si dieu le veux. En tout cas, je travaille dur pour atteindre mes objectifs. C’est l’un de mes rêves de rentrer au Sénégal avec une médaille, et je vais tout donner pour l’atteindre afin de clôturer en beauté ma dernière olympiade.


Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui sont sur vos traces ?

Il faut que les jeunes d’aujourd’hui apprennent à avoir confiance en eux, ne pas se laisser décourager par l’entourage. Je leur conseille juste de travailler bien et dur et ça portera ses fruits, qu’ils aient le courage de faire ce qu’ils ont envie de faire, sans se donner de limite.

Il y aura toujours des personnes pour les décourager ou les rabaisser mais ils ne doivent jamais prendre en compte les remarques faites, il faut qu’ils se focalisent sur les personnes qui les soutiennent, les accompagnent et sont derrières eux avec des remarques positives. Cette situation pourra être fatiguante surtout quand ils seront dans le haut niveau, mais ils devront s’y habituer.

La pratique du sport est très bonne pour la santé aussi bien physique que mentale. Pour les filles, sachez que le sport n’empêche rien tout, la preuve je suis mariée avec enfants. On peut être sportive et une femme accomplie. Le combat peut-être dur, mais il en vaut la peine.

Laisser un commentaire

TOP