Nos qualifiés aux JO de Rio : Alexandre Bouzaid, Escrime

by / lundi, 06 juin 2016 / Published in Actualités

A l’approche des Jeux Olympiques de Rio, le Comité National Olympique et Sportif Sénégalais vous présente à tous nos différents athlètes qualifiés, qui porteront et défendront fièrement les couleurs du Sénégal. Ces derniers nous ont permis de les connaitre davantage à travers des interviews qui nous dévoilent leur parcours, leurs objectifs et les conseils qu’ils souhaitent apporter à la jeunesse sénégalaise.

 

Bonjour, je me présente Alexandre Bouzaid, j’ai 34 ans et je fais de l’escrime depuis l’âge de 4 ans. J’habite en France et c’est là-bas que j’ai débuté dans la pratique de l’escrime. En 2009, j’ai commencé à représenter le Sénégal dans cette discipline.


Présentez nous votre parcours assez exceptionnel ?

Comme je le disais plus haut, j’ai démarré dans un club à Libourne en France et j’ai commencé à avoir des résultats assez rapidement en sport. J’ai fait les championnats d’escrime et de Kung-Fu en minime. J’ai ensuite laissé le Kung-Fu pour me focaliser sur la pratique de l’escrime. A 16 ans j’ai remporté les championnats du monde et de cette façon, j’ai rejoins l’équipe de France et quelques années après, celle du Sénégal.


Quel est votre palmarès ?

J’ai eu à participer aux championnats d’Afrique où j’ai obtenu 4 fois le titre de champion d’Afrique individuel (2010, 2011, 2015, 2016) et 2 fois celui de vice-champion d’Afrique en équipe (2010 et 2016).

J’ai fait 15ème aux Jeux Olympiques de Londres en 2012.

J’ai réussi à me classer en final (TOP 8) à 4 coupes du monde (entre 2001 et 2009)

Je suis médaillé de bronze aux Championnats du monde junior (2001)

Je suis actuellement dans un club français (Bordeaux) et nous venons de gagner les championnats de France par équipe.


Pourquoi combattre maintenant pour le Sénégal ?

Ma famille m’a toujours encouragé à poursuivre ma passion pour l’escrime, En 2009 j’ai rencontré le président Mbagnick pour discuter du projet sportif sénégalais. J’ai tout de suite été séduit et j’ai eu la chance que le Sénégal accepte que je les représente. Cela m’a permis d’avoir mes meilleures performances et aussi d’avoir l’opportunité de représenter le pays au plus haut niveau.


Qu’est ce qui vous a permit de rester motivé ?

Après les JO de Londres, j’ai arrêté 2 ans ma carrière sportive par choix professionnel et familial. Mais en discutant avec les membres de la Fédération, je me suis dis que je pouvais m’y remettre. Durant mes entrainements, j’ai réalisé que je n’étais pas si mauvais malgré ma pause de 2 ans et qu’avec un peu plus d’entrainement je pouvais être vraiment bon. Cette découverte m’a alors motivé pour continuer à me battre et obtenir ma qualification pour les JO de Rio.


Quels sont les éléments moteurs pour cette qualification aux JO ?

L’adrénaline de la compétition, lorsque je porte la tenue de combat, je n’ai qu’une envie, celle de remporter le match. C’est un véritable élément moteur, notamment lors des coupes du monde ou des championnats.


Vous sentez-vous imprégné des valeurs olympiques ?

Bien sûr… (Rires) Désolé, quelles sont-elles ?

Concernant le partage, l’amitié : nous vivons des moments uniques qui marquent la vie dans tous les sens, aussi bien dans la réussite que la défaite. On partage toutes les émotions, dans la joie ou dans la tristesse.

L’excellence : la recherche de la médaille pousse à se surpasser et à être le meilleur. Avec mes différentes compétitions je réalise que je suis capable d’être excellent, le tout c’est d’y croire. Je travaille sur la répétition dans la durée de l’effort, cela grâce à mes entraineurs et tous mes frères d’armes.

Le respect des autres est une valeur importante à mes yeux. Dans cette aventure sportive, j’ai pu échanger et comprendre le chemin parcouru par mes partenaires et adversaire pour arriver à leur niveau. Cela force respect et le fairplay entre nous !


A quoi ressemble une de vos journées type ?

Je me lève tous les jours à 6h avec 30 minutes de préparation physique et 30 minutes de renforcement musculaire. De 7h à 9h je m’occupe et passe du temps avec mes enfants. Ensuite de 9h à 12 je suis au travail, entre 12h et 14h, mon entreprise me fournit une salle pour me permettre de m‘entrainer avec mon entraineur personnel qui vient me coacher là-bas et à 14h je reprends le travail. Je finis la journée de travail à 19h et je passe du temps en famille jusqu’à 19h30 et enfin je reprends les entrainements jusqu’à 23h. Grâce à ma femme Marie, ma famille et mes amis, j’arrive à trouver une stabilité car ce n’est pas toujours évident de travailler, avoir une vie de famille et être sportif de haut niveau.


Quels sont vos objectifs aux JO ?

Mon objectif premier pour les Jo de Rio, c’est de faire mieux qu’à Londres où j’ai terminé 15ème, je voudrais dépasser la barre du 8ème. Après, bien évidemment le rêve de tout athlète, remporter une médaille olympique et surtout profiter de chaque instant en faisant le plus de matchs possible, idéalement 6.


Quels conseils donneriez vous aux jeunes qui sont sur vos traces ?

Mon premier conseil serait de croire en soi, rêver, ne pas se donner de limites dans la réalisation de ses objectifs. Se donner à fond dans les entrainements avec rigueur, en apprenant à se connaitre (repousser ses limites, corriger ses défauts,…)

Mon second conseil est de ne jamais laisser tomber ses études, ou travail, car on ne sait pas de quoi demain est fait (blessure, baisse motivation,…). Il faut allier le sport et les études car l’extra sportif permet de prendre du recul sur sa pratique pour être ensuite meilleur. Ce qui est dommage au Sénégal, c’est que les jeunes qui ont un bon niveau sportif ont tendance à laisser tomber les études. Il faudrait qu’ils puissent aller s’entrainer à l’étranger pour se confronter au niveau international. Et donc, avoir un diplôme pour faciliter un visa étudiant et pouvoir faire sport-étude pour ensuite revenir plus fort au Sénégal plus fort.

Les études sont importantes car elles permettent de se reconvertir et penser à l’après sport.

2 Responses to “Nos qualifiés aux JO de Rio : Alexandre Bouzaid, Escrime”

  1. Capdevielle says : Répondre

    Quel super athlète ! Bravo et bonne chance

  2. BOUZAID Joseph says : Répondre

    BRAVO ALEXANDRE J ESPERE QUE CETTE ANNEE 2016 VA ENRICHIR TON PALMARES DE SPORTIF JE TE SOUHAITE DE FAIRE UNE FINALE ET QUE LA FORCE SOIT AVEC TOI…..QUELLE CHANCE DE VIVRE TA PASSION….ET DE POUVOIR TOUT CONCILIER…BRAVO ET BRAVO…. .TON PAPA ET TA MAMAN…TA FAMILLE…TES AMIS ET AMIES TE SOUTIENNENT…..

Laisser un commentaire

TOP