Figures féminines du bureau exécutif : Rencontre avec la belle et ancienne championne, Khady Diop Fall

by / lundi, 14 mars 2016 / Published in Actualités

Suite à la journée internationale des droits des femmes le 8 mars, le CNOSS a l’immense honneur de vous faire découvrir, les figures féminines représentées au sein de son Bureau Exécutif. Aujourd’hui nous allons vous présenter  une ancienne championne nationale du 200 et 400 mètres.


Bonjour Madame, pouvez-vous nous présenter votre parcours, de vos débuts à votre arrivée au sein du CNOSS ?

Je me présente Khady Diop Fall, je suis une ancienne athlète internationale du 200 et 400 mètres et plusieurs fois championne du Sénégal au 400 mètres. Je suis la première femme à avoir réussi à faire moins d’1 minute au 400 mètres au Sénégal. Après ma carrière sportive, je suis rentrée en tant que professeur d’éducation physique au lycée Beziane.

Suite à une formation, je suis rentrée dans le corps des instructeurs de sport, entraineur 3ème degrés d’athlétisme toute catégorie confondue. Je suis ensuite devenue entraîneur de sprint prolongé pour le 200 et 400 mètres au sein de la direction technique nationale.

En 1994 j’ai démissionné de mon poste à cause d’une contre performance de la fédération. Je deviens ensuite responsable de la programmation sportive du stade Léopold Sedar Senghor durant 10 ans grâce à une nouvelle formation de 2ème niveau de gestion des infrastructures sportives.

Ces différentes étapes ne m’ont pas empêché de gravir les différents échelons (club, ligue) pour intégrer la Fédération Sénégalaise d’Athlétisme tout en restant entraineur au stade. Une fois membre de la fédération, j’ai pu passer dans le bureau exécutif  de la fédération en tant que membre simple, puis vice-présidente de le FSA. C’est tout ce travail qui m’a certainement permise de me faire remarquer par le CNOSS. J’ai d’abord été désignée en tant que présidente de la commission « Femme et Sport » du comité olympique durant 6 ans. Enfin, en 2015 je suis passée membre simple du Bureau Exécutif du CNOSS, où actuellement nous sommes 3 femmes et c’est important pour moi de le souligner.

Quelles sont vos missions actuelles au sein du bureau exécutif du CNOSS ?

Il faut savoir que dans l’organisation du Bureau Exécutif il doit y avoir 2 membres simples qui participent à toutes les réunions, les décisions du Bureau Exécutif afin de donner notre point de vue et trouver des solutions à tous les problèmes rencontrés. Nous sommes également consultés sur toutes les problématiques liées aux femmes. Nous sommes le relais entre la commission « Femme et Sport » et le Bureau Exécutif. Je suis actuellement la présidente du comité féminin de la fédération d’athlétisme depuis 10 ans et nous sommes très active.

Comment vous êtes vous mise à l’athlétisme, quel a été le déclic ?

J’ai découvert l’athlétisme à l’école, où j’ai été remarquée par mon professeur de sport au lycée qui m’a entrainé pendant un an. Il m’a ensuite confié à M. Hilde Préra qui m’a suivit durant la quasi totalité ma carrière au niveau national.

Que vous a apporté ce sport au quotidien ?

L’athlétisme m’a permis de m’épanouir, et contrairement aux idées reçu, cela ne m’a pas empêché de fonder un foyer car je suis aujourd’hui mère de 5 ans et je suis même grand mère. L’athlétisme m’a tout donnée, j’en ai fait un métier et cet engouement pour le sport m’a aidé à évoluer et intégrer le CNOSS qui est le top au niveau sportif.

Quelle est votre opinion sur l’importance de la place des femmes au sein du Bureau Exécutif ?

Il est très important pour moi qu’il y ai des femmes et c’est même une recommandation. Le CIO avait fait la demande qu’il y ai 30% de femme au sein des fédérations et le Sénégal l’a bien respecté au sein de son CNO car nous sommes 3 femmes sur 13 membres du Bureau Exécutif.

Le but est de sensibiliser les femmes car nous sommes en quelque sorte aujourd’hui des modèles. Quand on parle des femmes du CNOSS nous sommes les références et notre mission est d’encourager les femmes à intégrer les clubs, les ligues et enfin les fédérations. Nous nous sommes quand même battu pour arriver là où nous en sommes.

C’est le message que nous essayons de faire passer et nous profitons de chaque occasion telle que les assemblées générales pour donner notre message : « Mesdames venez postuler, battez vous pour occuper des postes de décision au sein des fédérations pour pouvoir sensibiliser d’autres femmes et jeunes filles à faire du sport ». Sans la sensibilisation il n’y a pas de résultat

Quelle est votre opinion sur la place des femmes dans le domaine sportif de façon générale ?

Les femmes ne sont pas encore assez représentées, car elles sont rejetées au niveau des comités directeurs et des fédérations, mais ce sont à elles de se battre aussi pour réclamer leur place. « Osez vous présenter ! » C’est une conviction qui manque à nos femmes sportives, il ne faut pas qu’elles aient peur de réclamer des postes à hautes responsabilités. « Affirmer vous, montrer vos compétences et soyez en fières ». A compétences égales, j’aurai tendance à préférer une femme, car nous sommes plus loyales et nous nous donnons entièrement pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixées.

Si vous aviez un ou des conseils à donner aux jeunes filles d’aujourd’hui, quels seraient-ils ?

Les filles doivent se libérer et aller faire du sport, surtout à l’heure actuelle où les ordinateurs abrutissent nos enfants qui passent leur temps devant un écran en mangeant n’importe quoi. Si l’obésité des femmes augmente, c’est à cause de l’ordinateur et de la sédentarité. Les jeunes filles ne sortent pas assez pour faire du sport et l’ordinateur a un effet néfaste sur elles. J’encourage toutes ces jeunes filles à sortir faire du sport pour s’épanouir.

Petite question perso : quelles sont vos passes temps favoris, hobbies, voyage préféré ou pays que vous adorez…

* Mes passes temps favoris sont la musique et ensuite le sport. Aller dans un stade assister à une compétition et avoir des débats autour du sport, c’est ce qui me plait. Je ne regarde pas trop la télévision.

* J’ai beaucoup aimé la Jordanie. J’y suis allée pour la deuxième conférence mondiale Femme et Sport, il y a là-bas des personnes très sympathiques. C’est un pays islamique qui est très ouvert au niveau du sport et, où la princesse (présidente de fédération) et toute sa famille pratiquent du sport.

Laisser un commentaire

TOP